Call for Papers for volume 9, n° 2(18)/ 2016/Appel à contributions pour le volume 9, n° 2(18)/ 2016

Social media (SM) is taking an increasing part in the communicative mediated exchanges. If the principle of social networks is not a specificity of the XXI century, their place on the Internet has allowed their expansion, which by length and forms has no precedent. The number of contributors is steadily increasing. The variety of SM features makes difficult to approach each support. Nevertheless, it is possible to find common features between Facebook, Tweeter, YouTube or Flickr. Public authorities, private companies, and media evoke the SM as a very positive contribution to the economic future and social mass. Others see them as tools for the expression of the minorities and cultural diversity. Considering this enthusiasm without suggesting others like Minitel in France, or IT beginnings, we propose a critical approach by assessing their usages or considering, for example, the excluded from the SM or the abuses of the system by the political powers or others.

This issue of the Journal Essachess - Journal for Communication Studies follows the international conference “Social Media. A space of freedom to take ownership or a stillborn utopia?” organized by the UNESCO Chair of “Journalistic and media practices”, at the University of Strasbourg on November 23-25, 2015. It will consider the consequences of the development of SM in different directions by encouraging an interdisciplinary approach. Many areas could be examined here: politics, law, international, economic, touristic, cultural, security, social.

Proposals for papers will be expected to encompass the following axes:

Axis 1: Relationships and interactions of SM in their ecosystem - Societal Impacts

SM are first examined in the context of "network (s) of network", in this case, the Internet, and more widely in the physical environment that allows access and exchange of their communications: telecommunications networks. These networks are based on a representative model - layered model (infrastructure, connections, services) - which shows the relationships and interactions at various levels and allows to understand the potential and complexity, but also the associated risks. This relational framework forms the constituent basis for a real ecosystem where exchanges grow almost exponentially mainly to their natural matrix. This ecosystem generates financial flows in relationship to the audience and communication flows that led to the establishment of a system of oligopolies worldwide. It is, therefore, important to analyze holistically the economic aspects as well as the governance aspects of SM (particularly dealt by the Forum on Internet Governance (FIG), but also subjects to the fields of legislation and international regulations) in the framework of their environment, interdisciplinary or transdisciplinary. We then can examine the SM concerning their practices and their uses, including their representation in their respective societies and by converging them with the exchanged content, to identify and assess the social impacts. This review involves the consideration of some communicational problems ("information and communication") as well as sociological and behavioral problems to reinforce the validity of the identified impacts, demonstrating the relevance of the interdisciplinary approach to the research activity dedicated to SM.

Axis 2: Does the SM give way to empowerment to Internet users?

The ordinary Internet user has the right of expression and can have the feeling of being heard or read by the SM. In this, the SM are utopian, the full democracy utopia for the rich countries, the evolving democracy utopia for developing countries (DC). But we have to analyze the impact of SM on the exercise or the advent of democracy, by paying special attention to developing countries (Africa, as an example). The researches on the "citizen journalism" have shown the limits of this concept so that we could question the limits of Web 2.0. The SM also allow some individuals to become in a short time global players such as Mark Zuckerberg, the Facebook founder. The revelators like Edward Snowden and Julian Assange of serious military acts or global monitoring actions by the United States are other examples. But as in the "citizen journalism", there may be a professionalization of SM, which can result in the drifts such as paid generator robots of "likes", a source of profits realized from the sale of personal data to third parties. How to manage data protection of SM? What consequences does it have for what some call a wind of freedom blowing on the Internet? It should also be examined why the SM are the perfect place for young people and how their uses vary among generations and world region.

Axis 3: Language, Cultures, and SM

The Linguistic diversity has undoubtedly benefited from the development of the Internet as shown in the acceptance of the use of non-Latin characters in the domain names. What about SM? Are they a favorable element for relationships within a culture and between cultures? If so, how? Do the cultural minorities benefit from it? Are there significant examples of cross-borders SM that break the barriers of the nation-state? What about Scotland, Catalonia or Egypt where the media has a vital role assigned to SM? Should we be more careful in judgments and consider other more powerful tools? What kind of help could be designated by SM to an initiative as net.lang supported among others by Unesco and the Organisation Internationale de la Francophonie? What are the possibilities of the expression of linguistic and cultural diversities offered by the SM? What was the role of the civil society, particularly within the WSIS (World Summit on the Information Society), to develop them? Do the SM practices differ from those of the Internet? Behind these questions is emerging another one about the cultural diversity and identities in a world that tends towards both globalization and localisation. Finally, there is the question regarding a linguistic norm. To what extent the SM allow the expression of linguistic diversity and do they weaken or strengthen the norm?

Important Deadlines

 

February 1, 2016: submission of the proposal in the form of an abstract of maximum 2 pages. The proposal must include a list of recent references;

– Mars 1, 2016: acceptance of the proposal;

July 30, 2016: full paper submission;

– October 1st, 2016: full paper acceptance.

 

Papers can be submitted in English or French. The abstracts should be in English and French, max. 2 pages followed by 5 keywords. Please provide the full names, affiliations, and e-mail addresses of all authors, indicating the contact author. Papers, and any queries, should be sent to:

essachess@gmail.com

Authors of the accepted papers will be notified by e-mail. The journal will be published in December 2016.

***

Réseaux sociaux numériques : entre liberté et utopie

 

Les réseaux sociaux numériques (RSN) prennent une part croissante dans les échanges médiatés communicationnels. Si le principe des réseaux sociaux n’est pas une spécificité du XXIème siècle, leur place dans l’Internet a permis leur extension, qui, par son ampleur et ses formes, ne trouve aucun précédent. Le nombre des contributeurs augmente régulièrement. La variété des fonctionnalités des RSN rend difficile une approche de chaque support. Néanmoins, il est possible de retrouver des traits communs entre Facebook, Tweeter, Youtube ou Flickr. Les pouvoirs publics, les sociétés privées, les médias évoquent les RSN comme une contribution très positive à l’avenir économique et au tissu social. D’autres les voient comme des outils permettant l’expression des minorités et de la diversité culturelle. Face à ces enthousiasmes qui ne sont pas sans en rappeler d’autres (le Minitel en France, ou l’informatique des débuts par exemple), il s’agit de proposer une approche critique, pour faire le bilan de leurs usages ou en envisageant, par exemple, les exclus des RSN ou les dévoiements du système par les pouvoirs politiques ou autres.

Ce dossier de la revue Essachess – Journal for Communication Studies fait suite au colloque international « Les réseaux sociaux numériques. Un espace de liberté à prendre ou une utopie mort-née ? », organisé par la Chaire UNESCO « Pratiques journalistiques et médiatiques », Université de Strasbourg, les 23-25 novembre 2015. Il veut envisager les conséquences du développement des RSN dans différentes directions en favorisant une approche interdisciplinaire. De nombreux domaines peuvent être envisagés : politique, droit, international, économique, touristique, culturel, sécuritaire, social,…

Les propositions d’articles seront attendues autour des axes suivants :

Axe 1 : Relations et interactions des RSN dans leur écosystème - Impacts sociétaux

Les RSN sont d’abord examinés dans leur contexte de « réseau(x) de réseau », en l’occurrence l’Internet, et plus largement dans l’environnement physique qui en permet l’accès et l’échange de leurs communications : les réseaux de télécommunications. Ces réseaux reposent sur un modèle représentatif - dit modèle en couches (infrastructures, liaisons, services) - qui montre les relations et interactions à divers niveaux et permet d’en comprendre le potentiel et la complexité, mais aussi les risques qui en découlent. Ce cadre relationnel forme les bases constitutives d’un véritable écosystème où les échanges croissent de manière quasi exponentielle du fait surtout de leur nature matricielle. Cet écosystème génère des flux financiers au prorata de l’audience et des flux de communications et aboutit à l’établissement d’un système d’oligopoles à l’échelle mondiale. Il importe donc d’analyser les aspects économiques de même que les aspects de gouvernance des RSN (traités en particulier par le Forum sur la Gouvernance de l’Internet (FGI), mais relevant aussi des domaines des lois et des règlements internationaux) dans le cadre de leur environnement de manière holistique, donc interdisciplinaire, voire transdisciplinaire. On pourra alors examiner les RSN sous l’angle de leurs pratiques et de leurs usages y compris leur représentativité dans leurs sociétés respectives et, en les croisant avec les contenus échangés, identifier et évaluer les impacts sociétaux. Cet examen implique la prise en compte de problématiques communicationnelles (« Infocom ») autant que sociologiques et comportementales pour conforter le bien-fondé des impacts identifiés, démontrant ainsi la pertinence de la démarche interdisciplinaire dans l’activité de recherches en matière de RSN.

Axe 2 : les RSN donnent-ils un accès au(x) pouvoir(s) (empowerment) aux internautes ?

L’internaute lambda a le droit à l’expression et peut avoir le sentiment d’être lu ou entendu sur les RSN. En cela, ces derniers relèveraient d’une utopie, celle de la démocratie intégrale pour les pays riches, d’une démocratie en devenir pour les pays en développement (ped). Mais il faut analyser l’impact des RSN sur l’exercice ou l’avènement de la démocratie, en portant par exemple une attention particulière aux pays en développement (Afrique). De même que les recherches sur le « journalisme citoyen » ont montré les limites de ce concept, de même peut-on s’interroger sur les limites du Web 2.0. Les RSN permettent aussi à certains individus de devenir en quelques années des acteurs mondiaux, tel Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook. Les révélateurs d’actes militaires graves ou de la surveillance mondiale par les Etats-Unis comme Edward Snowden ou Julian Assange en sont d’autres exemples. Mais comme dans le « journalisme citoyen », on peut constater une professionnalisation des RSN qui peut se traduire par des dérives telles que les robots générateurs de « likes » payants, source de profits réalisées par la vente de données personnelles à des tiers. Comment gérer la protection des données personnelles des RSN ? Quelles conséquences cela a-t-il sur ce que certains appellent un vent de liberté qui souffle sur l’Internet ? A partir du moment où l’éthique fait partie des RSN, quelle forme lui donner ? Il faut également examiner pourquoi les RSN sont un lieu privilégié des jeunes et en quoi leurs usages varient selon les générations et les régions du monde.

Axe 3 : Langues, cultures et RSN

La diversité linguistique a indéniablement profité du développement d’Internet, comme le montre l’acceptation de l’usage de caractères non latins jusqu’aux noms de domaines. Qu’en est-il pour les RSN ? Sont-ils un élément favorable pour les relations au sein d’une culture et entre les cultures ? Si oui, de quelle manière ? Les minorités culturelles en profitent-elles ? Existe-t-il des exemples significatifs de RSN transfrontaliers qui cassent les barrières de l’Etat-nation ? A propos de  l’Ecosse, de la Catalogne ou de l’Egypte, les médias ont attribué un rôle essentiel aux RSN dans l’évolution. Ne faut-il pas être plus prudent dans les jugements et envisager d’autres leviers plus puissants ? Quelle aide peuvent apporter les RSN à une initiative comme net.lang, portée entre autres par l’Unesco et l’Organisation internationale de la francophonie ? Quelles sont les possibilités d’expression des diversités linguistiques et culturelles qu’offrent les RSN ? Quel a été le rôle de la société civile, notamment au sein du SMSI (Sommet mondial sur la société de l’information), pour les développer ? Les pratiques des RSN diffèrent-elles de celles de l’Internet ? Derrière ces questions se profile celle de la diversité culturelle et des identités au sein d’un monde qui tend à la fois vers la globalisation, mais aussi vers la localisation. Enfin se pose la question de la norme linguistique. Dans la mesure où les RSN permettent l’expression de la diversité linguistique, ceux-ci renforcent-ils ou affaiblissent-ils la norme ?

Dates importantes :

-               1 février 2016 : envoi de la proposition d’article en anglais ou en français sous forme d’un résumé d’environ 2 pages (comportant 5 mots-clés et bibliographie sélective récente) ;

-               1 mars, 2016 : notification des résultats ;

-               30 juillet 2016 : soumission intégrale de l’article ;

-               1er octobre 2016 : acceptation définitive de l'article.

Les propositions d’article et les questions complémentaires doivent être adressées à :

essachess@gmail.com

Les auteurs dont les articles auront été acceptés en seront avisés par e-mail.

La revue sera publiée le 23 décembre 2016.



On line ISSN 1775-352X
Paper ISSN 2066-5083

© ESSACHESS

The opinions expressed in the texts published are the author’s own and do not necessarily express the views of ESSACHESS editors. The authors assume all responsibility for the ideas expressed in the published materials.

Les idées et les opinions exprimées dans les textes publiés dans la revue n' engagent pas la responsabilité de l'éditeur. Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que leurs auteurs.