Call for Papers for volume 12, n° 2(24)/ 2019: Gender, religions and media: emerging themes and perspectives

Throughout the history of humanity, social groups have built ways of life and cultures, which determined specific roles for men and women. With the creation of such roles, a new ideology of patriarchy emerged in diverse cultures, which established that the basis for social organization and social order rests in the power of man as the leader, as the provider for the family, and even as the preserver of the species. As history demonstrates, this ideology was constructed, replicated and dispersed further through education, religion, law, and the media.

At the same time, it is important to emphasize that the aim of an ideology is to change the perception of reality and make things ostensibly natural so that men and women would embrace the new ideas and attitudes, reproduce them, and disseminate them further. Recalling the reflections of a Brazilian educator, Paulo Freire, along with a new ideology comes always a culture of silence and domestication, which helps embed the new ideology into the social fabric to the point that when people are called to reflect on alternative paths, they would object to it by saying, “no, it has always been like this.”

 

Nevertheless, this ideology of patriarchy had been increasingly challenged in the West. The feminist movements, which during the 19th and 20th centuries have germinated new ideas on gender, along with the progress of science and technology, strengthened and consolidated a process of contestation. One outcome of this contestation was the emergence of the concept of gender beyond feminine and masculine, as an analytical scientific category, which derived from the reflections of philosopher Simone de Beauvoir, who stated that “one is not born, but rather becomes, a woman.” Another outcome of this contestation was the development of the autonomy of sexuality from human reproduction.

Therefore, the concept of “gender”, as an analytical scientific category, challenges both social sciences and human sciences; making it possible to study the new meanings of “masculine” and “feminine” as genders, while also challenging what it means to be a “man” or “woman” from the perspective of the historical understandings of these fixed categories. In this sense, one may conclude that it is not the category of sex that determines the understanding of life, but the category of gender that challenges these fixed historic classifications conceived by the patriarchy on what it means to be a “man” or a “woman”.

This dynamic also opens new understandings and perspectives on homosexuality and homoaffectivity.

Insofar as the contestation of the patriarchal ideology is concerned, throughout history, there have been some advances in gender justice (e.g. gender recognition, gender representation, women rights, etc.), much remains to be developed in the social life. In this process, organized religions play a prominent role, especially those entrenched into patriarchal ideology, which either repress movements for gender justice, or are open to change.

 

Media represented and engaged the dynamics of patriarchal ideology throughout their tensions and progress by affirming it or by opposing it through various communicational processes such as journalism, advertisement, entertainment, social media, and so on. As such, organized religions had been identified not only as participants to the narratives and discourses on patriarchal ideology, but also as their protagonists or producers.

Although interdisciplinary studies on media and religion have been successfully consolidated in the areas of teaching and research, their intersection with the gender studies is still underdeveloped. Little attention has been given to the subject of women and the feminine in the study of the relationship between media and religion, and extremely deficient attention was given to homoaffectivity. However, there is a significant research opportunity due to a rich range of themes and phenomena that occur between gender on one hand, and the intersection between religion and media on the other.

 

Therefore, this issue of the Essachess - Journal for Communication Studies attempts to help filling this gap by exploring emerging themes and perspectives that rest at the triple intersection between gender, religion and media. Paper proposals are welcome with theoretical approaches and case studies focusing on women’s issues, as related to the following research subjects (but not exhaustive):

(1) the representation, the expression and the identities of women in secular and religious media content;

(2) the way women relate to religious representations and expressions in secular and religious media content;

(3) the place (role, influence, authority, visibility, leadership) of religious women (in institutional and non-institutional settings) in religious media;

(4) the actions of religious women in the struggle for gender equality in religious and secular media;

(5) the approaches and the representations of gender equality in world religions by secular media;

(6) the approaches and the representations of gender equality in world religions by new media.

Important Deadlines

April 2, 2019: submission of the proposal in the form of an abstract of maximum 2 pages. The proposal must include a list of recent references and 5 keywords;

– April 22, 2019: acceptance of the proposal;

July 15, 2019: full paper submission;

–  October 15, 2019: full paper acceptance.

Full papers should be between 6,000-8,000 words in length. Papers can be submitted in English or French. The abstracts should be in English and French (150-200 words) followed by 5 keywords. Please provide the full names, affiliations, and e-mail addresses of all authors, indicating the contact author. Papers, and any queries, should be sent to:

essachess@gmail.com

Authors of the accepted papers will be notified by e-mail. The journal will be published in December 2019.

***

Genre, religions et médias: thématiques et perspectives émergentes

Coordination :

Magali DO NASCIMENTO CUNHA, professeure des universités, Brazilian Society on Interdisciplinary Studies on Communication/INTERCOM, Communication and Religion Research Group, Media, Religion and Culture/MIRE Study Group, BRAZIL

e-mail : magali.ncunha@gmail.com

Tout au long de l'histoire de l'humanité, des groupes sociaux ont construit des modes de vie et cultures qui ont défini des rôles spécifiques pour les hommes et pour les femmes. Avec la création de tels rôles, une nouvelle idéologie du patriarcat est apparue dans diverses cultures, qui a établi que la base de l'organisation sociale et de l'ordre social repose sur le pouvoir de l'homme comme leader, pourvoyeur pour la famille et même protecteur de l'espèce. Comme l’histoire le montre, cette idéologie a été construite, reproduite et diffusée par le biais de l’éducation, de la religion, du droit, des médias…

Dans le même temps, il est important de souligner que le but d'une idéologie est de changer la perception de la réalité et rendre les choses apparemment naturelles afin que les hommes et les femmes adoptent les nouvelles idées et attitudes, les reproduisent et les diffusent davantage. Rappelant les réflexions d'un éducateur brésilien, Paulo Freire, une nouvelle idéologie crée toujours une culture du silence et de la domestication, ce qui contribue à ancrer la nouvelle idéologie dans le tissu social au point que lorsque les gens sont appelés à réfléchir à des voies alternatives, ils s'y opposeraient en disant : « Non, ça a toujours été comme ça ».

Néanmoins, cette idéologie du patriarcat avait été de plus en plus contestée en Occident. Les mouvements féministes qui, aux XIXe et XXe siècles, ont germé de nouvelles idées sur le genre, ainsi que les progrès de la science et de la technologie ont renforcé et consolidé un processus de contestation. L'un des résultats de cette contestation a été l'émergence du concept de genre au-delà du féminin et du masculin, en tant que catégorie scientifique analytique, dérivée des réflexions de la philosophe Simone de Beauvoir, qui a déclaré qu '  « on ne naît pas, mais on devient une femme ». Un autre résultat de cette contestation a été le développement de l'autonomie de la sexualité par rapport à la reproduction humaine.

Par conséquent, le concept de « genre », en tant que catégorie scientifique analytique, défie à la fois les sciences sociales et les sciences humaines, permettant d'étudier les nouvelles significations du masculin et du féminin comme genre, tout en défiant ce que signifie être un homme ou une femme du point de vue de la compréhension historique de ces catégories fixes. En ce sens, on peut conclure que ce n’est pas la catégorie de sexe qui détermine la compréhension de la vie, mais la catégorie de genre qui remet en question ces classifications historiques fixes conçues par le patriarcat sur ce que signifie être un « homme » ou une « femme ». Cette dynamique ouvre également de nouvelles compréhensions et perspectives sur l'homosexualité et l'homoaffectivité.

En ce qui concerne la contestation de l'idéologie patriarcale, des progrès ont été accomplis au cours de l'histoire en matière de justice pour les hommes et les femmes (reconnaissance du genre, représentation du genre, droits des femmes, etc.), mais il reste encore beaucoup à faire dans la vie sociale. Dans ce processus, les religions organisées jouent un rôle important, en particulier celles qui sont ancrées dans l'idéologie patriarcale, qui répriment les mouvements pour la justice de genre ou sont ouvertes au changement.

Les médias ont représenté et engagé la dynamique de l'idéologie patriarcale tout au long de ces tensions et de son progrès en l'affirmant ou en s'y opposant par divers processus de communication tels que le journalisme, la publicité, le divertissement, les médias sociaux, etc. En tant que telles, les religions organisées ont été identifiées non seulement en tant que participants aux récits et discours sur l'idéologie patriarcale, mais également en tant que protagonistes ou producteurs.

Bien que les études interdisciplinaires sur les médias et la religion aient été consolidées avec succès dans les domaines de l’enseignement et de la recherche, leur intersection avec les études sur le genre reste encore peu développée. Peu d'attention a été accordée au sujet de la femme et du féminin dans l'étude des relations entre médias et religion, et une attention extrêmement insuffisante a été accordée à l'homoaffectivité. Cependant, il existe une opportunité de recherche importante en raison de la diversité des thèmes et des phénomènes qui se produisent quant au genre, d’une part, et quant à l’intersection de la religion et des médias, d’autre part.

Par conséquent, le présent numéro d’Essachess - Journal for Communication Studies tente de combler cette lacune en explorant les thèmes et les perspectives émergents qui se situent à la triple intersection du genre, de la religion et des médias. Les propositions d’articles se focaliseront sur des approches théoriques et des études de cas axées sur les problèmes des femmes, en relation avec les thèmes de recherche suivants (non exhaustifs) :

(1) la représentation, l'expression et l'identité des femmes au travers des contenus médiatiques laïques et religieux ;

(2) représentations et expressions religieuses des femmes dans les médias laïques et religieux ;

(3) place (rôle, influence, autorité, visibilité, leadership) des femmes religieuses (dans des contextes institutionnels et non institutionnels) dans les médias religieux ;

(4) actions des femmes religieuses dans la lutte pour l'égalité des sexes dans les médias religieux et laïques ;

(5) approches et représentations de l'égalité des genres dans les religions du monde à travers les médias laïques ;

(6) approches et représentations de l'égalité des genres dans les religions du monde à travers les nouveaux médias.

Dates importantes :

-              2 avril 2019 : envoi de la proposition d’article en anglais ou en français sous forme d’un résumé d’environ 2 pages (comportant 5 mots-clés et bibliographie sélective récente) ;

-              22 avril 2019 : notification des résultats ;

-              15 juillet 2019 : soumission intégrale de l’article (6000-8000 mots);

-              15 octobre 2019 : acceptation définitive de l'article.

Les articles complets et les questions complémentaires doivent être adressées à :

essachess@gmail.com

Les auteurs dont les articles auront été acceptés en seront avisés par e-mail.

La revue sera publiée en décembre 2019.

 



On line ISSN 1775-352X
Paper ISSN 2066-5083

© ESSACHESS

The opinions expressed in the texts published are the author’s own and do not necessarily express the views of ESSACHESS editors. The authors assume all responsibility for the ideas expressed in the published materials.

Les idées et les opinions exprimées dans les textes publiés dans la revue n' engagent pas la responsabilité de l'éditeur. Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que leurs auteurs.