The dilemma of secrecy in the study of three ethnic groups from the South American Gran Chaco

Guadalupe BARÚA, Alejandra SIFFREDI

Abstract


Abstract: From an epistemological perspective, ethics poses a problem that goes beyond the issue of the stakeholders’ rationality or irrationality. Besides, it refers to the conceptual framework of knowledge, practices, and emotions allowed and forbidden within the group, as well as to their possible revelation to the researcher. This compels us to reconsider group secrets and their disclosure to the anthropologist. Undoubtedly, the resolution of this problem attempts to introduce a novel topic both concerning ethnographic fieldwork and anthropological reflection. Our  examples  are provided by the Wichi and Chorote Indians of the Argentine Chaco and by the Nivaclé of the Paraguayan Chaco. Secrets usually fall within the private sphere, whose meaning differs among these cultures: it may be based on a reasonable respect for intimacy, but also on the attribution of cosmological disorder that manifests the disintegration of the world. According to our experience, rubbish, body waste, corpses, or the violation of modesty as required by sexual relations attest to such disorder. Hence, all those topics associated either with Life or Death should occur not only in private but in a protected environment. We bring forward these issues by classifying secrecy into the following fields: 1) cognitive; 2) gender differences; 3) emotions; 4) offense; 5) guilt; 6) new forms of secrecy and disclosure. In this paper, the relevance of secrets is shown in unexpected situations arising from an interaction that takes place on the boundaries of standardised knowledge, and may contribute to the enhancement of anthropological knowledge while revealing unforeseen topics.

Keywords: ethnic secrets, anthropological reflection, forms of “secrecy” and disclosure, South American Chaco

***

Résumé : Du point de vue épistémologique, l’éthique pose un problème qui va au-delà de la question de la rationalité ou l'irrationalité des acteurs. En outre, ce problème porte aussi bien sur le cadre conceptuel des connaissances, des pratiques et des émotions autorisées et interdites dans le groupe, que sur leur éventuelle révélation au chercheur. Cela nous oblige à reconsidérer les secrets du groupe et leur divulgation à l'anthropologue. Sans aucun doute, la solution de ce problème présente un sujet nouveau qui concerne à la fois le travail de terrain ethnographique que la réflexion anthropologique. Notre corpus sera  constitué des Indiens Wichí et Chorote du Chaco argentin et des Nivaclé du Chaco paraguayen. Les secrets correspondent généralement à la sphère privée dont le sens diffère en fonction des cultures. La sphère privée peut être fondée sur un respect raisonnable de l’intimité, mais aussi sur l’attribution d’un désordre cosmologique qui exprime la désintégration du monde. Les ordures, les déchets du corps, les cadavres ou la violation de la pudeur suite à des relations sexuelles sont des éléments qui attestent ce désordre dans les groupes étudiés. Par conséquent, tous ces sujets associés soit à la vie, soit à la mort devraient se produire non seulement dans la sphère du privé, mais aussi dans un environnement protégé. Nous allons mettre en exergue ces problèmatiques à travers la catégorisation du secret en fonction du critère 1) cognitif, 2) de genre, 3) des émotions, 4) de l’offense, 5) de la culpabilité, 6) des nouvelles formes de secret et divulgation. La relevance des secrets sera montrée dans des situations imprévues résultant d’une interaction qui a lieu aux frontières de la connaissance standardisée et peut contribuer à l’amélioration de la connaissance anthropologique, tout en révélant de nouveaux thèmes.

Mots-clés: secrets ethniques, réflexion anthropologique, formes de « secrecy » et divulgation, Chaco Sud-américain

Full Text: PDF

Refbacks

  • There are currently no refbacks.


On line ISSN 1775-352X
Paper ISSN 2066-5083

© ESSACHESS

The opinions expressed in the texts published are the author’s own and do not necessarily express the views of ESSACHESS editors. The authors assume all responsibility for the ideas expressed in the published materials.

Les idées et les opinions exprimées dans les textes publiés dans la revue n' engagent pas la responsabilité de l'éditeur. Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que leurs auteurs.