L’espace public à l’épreuve du phénomène antinucléaire en France (1962-2012)

Mikaël CHAMBRU

Abstract


Résumé : Cet article propose une analyse des dynamiques de publicisation par les mouvements sociaux de la controverse électronucléaire française au prisme du concept d’espace public. Il retrace l’avènement du phénomène antinucléaire à partir des années soixante, puis son déploiement au sein de multiples espaces publics oppositionnels et enfin ses retentissements sur les dynamiques de l’espace public jusqu'aux années deux-mille-dix. Il met notamment en évidence l’interaction continue, au fil des décennies, des espaces publics oppositionnels et de l'espace public institué, d’où résulte un processus croisé d’autonomisation et d’institutionnalisation de l'action des mouvements sociaux.

Mots-clés : espace public, mouvements sociaux, nucléaire, communication, risque

***

Abstract: By using the concept of public sphere this article analyzes the dynamics of publicization the French nuclear power controversy by social movement. I recount the emergence of the antinuclear phenomenon since the sixties, its deployment across multiple oppositional public spheres, and its repercussions on the dynamics of public sphere until the year 2010. I highlight the ongoing interaction, over the decades, between oppositional public spheres and the established public sphere. This interaction results in a crossed process of empowerment and institutionalization of the action of social movements.

Keywords: public sphere, social movements, nuclear, communication, risk

 


Full Text: PDF

Refbacks

  • There are currently no refbacks.


On line ISSN 1775-352X
Paper ISSN 2066-5083

© ESSACHESS

The opinions expressed in the texts published are the author’s own and do not necessarily express the views of ESSACHESS editors. The authors assume all responsibility for the ideas expressed in the published materials.

Les idées et les opinions exprimées dans les textes publiés dans la revue n' engagent pas la responsabilité de l'éditeur. Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que leurs auteurs.