(In)Communication chronophage : esquisse d’une micro-dystopie de l'accélération en réseaux

Antonio FERNÁNDEZ VICENTE

Abstract


Résumé : L’article étudie l’accélération techno-culturelle d’un point de vue généalogique et sociologique. Il s'agit d'une sorte de micro-pouvoir qui fait de l'utopie des réseaux une dystopie d’autocontrainte. Une fois synchronisé aux autres, on est placé sur les flux communicationnels 24/7. En ce sens, le droit à se communiquer sur les réseaux se transforme en un impératif horizontal et tacite de se joindre à des multiples conversations en temps réel. D'où le besoin de s'actualiser par lequel l'usager des RSN, notamment à travers le smartphone devient un chronophage. Dans une société pressée par le temps, la communication anthropologique devient structurellement une exception.

Mots-clés : sociologie du temps, technologie numérique, philosophie de la technologie, dystopie

***

Abstract: This paper studies the techno culture of acceleration from a sociological and genealogical perspective. It is a question of micro-power that transforms the social network Utopia into an autorestrainted Dystopia. The synchronisation with the others leads us to a communication flux 24/7. Therefore, the right to communicate throughout the social network becomes a horizontal implied must in order to join in the multiples conversations in real time. The permanent actualisation becomes a necessity and the user a time consumer. In a society where time is accelerated, communication turns structurally into incommunication.

Keywords: sociology of time, digital technology, philosophy of technology, dystopia

 


Full Text: PDF

Refbacks

  • There are currently no refbacks.


On line ISSN 1775-352X
Paper ISSN 2066-5083

© ESSACHESS

The opinions expressed in the texts published are the author’s own and do not necessarily express the views of ESSACHESS editors. The authors assume all responsibility for the ideas expressed in the published materials.

Les idées et les opinions exprimées dans les textes publiés dans la revue n' engagent pas la responsabilité de l'éditeur. Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que leurs auteurs.